jaser


jaser

jaser [ ʒaze ] v. intr. <conjug. : 1>
XVIe; rad. onomat. gas- gazouiller
1 Vieilli Babiller sans arrêt pour le plaisir de parler. bavarder, caqueter, 2. causer. « La fille jasait sans cesse et gaîment » (Hugo).
Parler avec indiscrétion de ce qu'on devrait taire. « il te sera facile de faire jaser les gens » ( F. Mauriac).
2Faire des commentaires plus ou moins désobligeants et médisants. médire. Jaser de, sur qqn, qqch. « tout le monde en jaserait et rirait de moi » (Maupassant). On commence à jaser dans le village. Elle était assez intime avec lui « pour qu'on en jasât » ( Henriot). Cela fait jaser.
3Émettre des cris ou des sons qui évoquent un babil. La pie, le perroquet jasent. jacasser. Les bosquets « où jasent les ruisseaux » (Baudelaire). gazouiller.

jaser verbe intransitif (onomatopée) Crier, en parlant de certains oiseaux parleurs, tels la pie, le merle, le perroquet, etc. Parler continuellement, et dire des choses futiles. Parler de façon indiscrète, imprudente, révéler ce qu'on devrait tenir secret : Un complice a jasé.jaser (synonymes) verbe intransitif (onomatopée) Crier, en parlant de certains oiseaux parleurs, tels la pie...
Synonymes :
Parler continuellement, et dire des choses futiles.
Synonymes :
- jacassr (familier)
Parler de façon indiscrète, imprudente, révéler ce qu'on devrait tenir...
Synonymes :
- cancaner (familier)
- commérer (familier)
- dégoiser (populaire)
- potiner (vieux)
jaser verbe transitif indirect Parler de façon médisante, tenir des propos désobligeants ou malveillants : On a jasé sur ses fréquentations.

jaser
ou (Québec) [Jaze] v. intr.
d1./d Vieilli Babiller.
|| (Québec) Fam. échanger des propos (avec qqn), bavarder. Syn. placoter.
|| (Aoste) Fam. Parler.
d2./d Commettre des indiscrétions, révéler, en parlant trop, ce que l'on aurait dû taire. Syn. (Québec) placoter.
d3./d Médire. Sa conduite a fait jaser dans le village. Syn. (Québec) placoter.
d4./d Jacasser. La pie jase.

⇒JASER, verbe intrans.
A. — [Le suj. désigne un oiseau] Émettre une succession de petits cris. Ce tendre oiseau qui jase ignore l'oiseleur (HUGO, Rayons ombres, 1840, p. 1038). Je commençai à entendre les oiseaux qui chantent peu, mais parlent, comme les hirondelles, jasant du beau temps, de la chasse, de nourriture rare ou commune (MICHELET, Oiseau, 1856, p. LIII).
En partic. [En parlant du geai, de la pie] Émettre son cri. Synon. jacasser. Expr., p. anal. Jaser comme une pie, comme une pie borgne. Il jasait, en ce moment-là, comme une pie borgne (VILLIERS DE L'I.-A., Contes cruels, 1883, p. 209).
B. — P. anal.
1. Qqn jase. [Le suj. désigne une pers.]
a) Synon. de babiller. Elle disait des riens, d'un parler puéril, Comme un enfant qui jase (PONCHON, Muse cabaret, 1920, p. 297).
b) Parler abondamment, parfois pour le plaisir de parler. Synon. fam. babiller, caqueter. Tout le monde babille ou jase au hasard (LEMERCIER, Pinto, 1800, II, 6, p. 54). [Ils] se mirent à jaser avec une joie débordante et en une minute transfigurèrent l'atmosphère de la salle à manger (DRIEU LA ROCH., Rêv. bourg., 1939, p. 128) :
1. Après la causerie, Mérimée, Sautelet, Ampère et moi nous avons été dîner aux Frères Provençaux. Quoique nous ayons été assez sobres, nous avons trouvé moyen de rester jusqu'à 9 heures du soir à table. La conversation était fort agréablement établie. On a jasé fort longuement. Nous nous sommes beaucoup amusés, et cependant il me serait impossible de rapporter ce que nous avons dit.
DELÉCLUZE, Journal, 1826, p. 296.
Jaser avec (qqn). Il sentit qu'il aimait ces enfants, qu'il se plaisait à jaser avec eux (STENDHAL, Rouge et Noir, 1830, p. 143).
[Avec un compl. prép. désignant ce qui est exprimé] Le soir, auprès de la cheminée, ils jasent sur ce qu'ils ont vu dans leur promenade (SENANCOUR, Obermann, t. 2, 1840, p. 170).
Fam. [P. ell. de la prép.] Nous jasâmes santé, médecine et Pauline (MICHELET, Journal, 1820, p. 119). Mad. Prugnières analyse avec moi quelques visages et nous jasons pédagogie, modes, musique, etc. (AMIEL, Journal, 1866, p. 155).
Emploi trans., rare. Ce qu'un oiseau chante, un enfant le jase (HUGO, Quatre-vingt-treize, 1874, p. 104). Au part. passé. Un bruit dans la Cité Circule, jasé, récité Par la dent unique des vieilles Comme par la bouche vermeille Des fillettes au rire fin (MALLARMÉ, Vers de circonst., 1898, p. 182).
Région. (Canada). Bavarder. Victoria ne remit plus les pieds chez ses parents, elle se contenta de les recevoir quand ils venaient jaser en attendant la grand'messe (Marcel TRUDEL, Vézine, 1946, p. 61 ds D. ROGERS, Dict. de la lang. québécoise rurale, Montréal, V.L.B., 1977).
Emploi trans. Raconter. Venez me voir, je vous jaserai cela (Canada 1930).
Arg., vx. ,,Prier`` (DELVAU 1883, FRANCE 1907, ESN. 1966).
c) Péjoratif
Parler plus qu'il ne faudrait, révéler un secret. Tu feras bien, ma petite, de jaser un peu en route et de me dire la vérité (PONSON DU TERR., Rocambole, t. 1, 1859, p. 252). Chut! vous voudriez me faire jaser, compère; mais je suis discret comme la tombe (THEURIET, Mariage Gérard, 1875, p. 144). Mais cette fille, c'est un tombeau. D'ailleurs, nous la tenons... Elle ne jasera pas (MAURIAC, Th. Desqueyroux, 1927, p. 207).
Jaser sur (qqc.). Ces messieurs, qui m'ont fait trop jaser sur la politique (MAINE DE BIRAN, Journal, 1816, p. 201).
Arg. Parler trop, dénoncer (d'apr. DELVAU 1883; CAR. Argot 1977).
Parler beaucoup et de manière désobligeante. Vous pourrez dire à ses camarades — parce que cela va faire jaser beaucoup — qu'il est parti réconcilié (MONTHERL., Ville dont prince, 1951, III, 6, p. 919). Les travaux effectués dans diverses églises donnaient à jaser (CARON, HUTIN, Alchimistes, 1959, p. 14) :
2. C'était un professeur au collège de Saint-Pierre qui avait épousé la fille du sénateur Bélignat. Cette union avait fait jaser : elle le savait. On s'était demandé, on se demandait encore, comment ce garçon, d'allure distinguée, avait pu épouser cette femme rabougrie, ce laideron boiteux (...). D'ordinaire, on jugeait, en ville, ce mariage avec sévérité.
DANIEL-ROPS, Mort, 1934, p. 147.
[Avec un compl. prép. désignant ce qui est exprimé, ce(lui) qui est critiqué, commenté] On commençait même à jaser à son sujet, et on la plaisantait sur l'amoureux qu'elle devait avoir (MAUPASS., Contes et nouv., t. 1, Hist. fille de ferme, 1881, p. 30). On pourrait jaser de nous deux... tant que je ne suis pas seule avec toi, mon mari n'a rien à dire, j'ai un bon prétexte pour rester ici... tu comprends? (ZOLA, Bête hum., 1890, p. 240). Quant à M. Rabastens, on a jasé en ville sur ses visites et ses leçons de chant, à ce qu'il paraît, ah! Dieu! notre sale pays de cancans! (COLETTE, Cl. école, 1900, p. 246).
2. Littér. Qqc. jase. [Le suj. désigne un inanimé concr.] Produire un bruit léger et continu. Les arbres du chemin jasaient tout bas et tressaillaient au dernier vent du soir avant de s'assoupir (HUGO, Rhin, 1842, p. 37). Les sources vives qui font gazouiller les ruisseaux, et jaser à petit bruit les fontaines (MICHELET, Chemins Europe, 1874, p. 392).
REM. 1. Jasant, -ante, adj., rare. Qui jase. Il y eut, à travers le silence, l'éclat d'une petite voix jasante (GENEVOIX, Raboliot, 1925, p. 340). P. anal. La belle et claire eau courante, trépidante, jasante, qui semble vous tenir compagnie (POURRAT, Gaspard, 1922, p. 123). Emploi subst. fém., arg. ,,Prière`` (DELVAU 1883, FRANCE 1907, RIV.-CAR. 1969). 2. Jasement, subst. masc., rare. Action de jaser. Synon. jaserie. Un ravin au creux duquel nous entendions comme un jasement d'eau courante (FABRE, Norine, 1889, p. 24). 3. Jasiller, verbe intrans., rare. Synon. babiller. Parmi des bergers et des vaches, le petit Estève jasillant (E. DE GUÉRIN, Journal, 1840, p. 225).
Prononc. et Orth. : [], [-a-], (il) jase []. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. Début XVIe s. gaser en parlant d'un oiseau (Frère Phillebert ds Recueil de farces et moralités, éd. Leroux de Lincy et Fr. Michel, IV, p. 13 : Qu'il sache gaser comme un gay); 1538 jaser « bavarder, babiller, badiner » (EST. d'apr. FEW t. 4, p. 72b); 1678 « parler indiscrètement » (HAUTEROCHE, Nobles de province, II, 3, éd. 1772). Prob. issu d'un rad. onomat. gas- par l'intermédiaire de formes normanno-pic. gaser (cf. supra; v. aussi gazouiller). Fréq. abs. littér. : 286. Fréq. rel. littér. : XIXe s. : a) 577, b) 713; XXe s. : a) 331, b) 140. Bbg. NIGRA (C.). Note etimologiche e lexicali. Z. rom. Philol. 1904, t. 28, p. 642. - SAIN. Arg. 1972 [1907], p. 124; Sources t. 2 1972 [1925], p. 46. - THURNEYSEN 1884, p. 103.

jaser [ʒaze] v. intr.
ÉTYM. 1538; gaser, v. 1500; orig. incert., p.-ê. du rad. onomatopéique gas-. → Gazouiller.
Vieilli, littéraire ou plaisant.
A
1 Babiller sans arrêt pour le plaisir de parler, dire inlassablement des futilités. Babiller, bavarder, caqueter, causer, jaboter, jacasser (cit. 1). || Laisser jaser un enfant tout à son aise (→ Endoctriner, cit. 2). || Bavards (cit. 5), commères qui aiment à jaser.Jaser avec qqn. || Jaser sur qqch.REM. Le mot, vieilli en français central, est resté courant en français du Canada, où il signifie simplement « deviser, bavarder », sans nuance péjorative.
1 Il faut souffrir qu'elle jase à son aise.
Molière, les Femmes savantes, V, 3.
2 Ils causaient entre eux d'un air paisible et indifférent. La fille jasait sans cesse, et gaîment. Le vieux homme parlait peu (…)
Hugo, les Misérables, III, VI, I.
Fam. Parler avec indiscrétion de ce qu'on devrait taire, trahir des secrets. Bavarder. || Interroger (cit. 4) qqn habilement pour le faire jaser. Parler (→ Converser, cit. 2).
3 Si vous me promettiez de tenir votre langue, je vous conterais… mais non; car vous iriez tout dire (…) vous ne pouvez rien taire; un peu de discrétion est bien rare aujourd'hui. Les gens crèveraient plutôt que de ne point jaser (…)
P.-L. Courier, IIe lettre partic., 28 nov. 1820.
4 D'ailleurs, maintenant que tu es avertie, il te sera facile de faire jaser les gens.
F. Mauriac, la Fin de la nuit, II, p. 47.
Fam. Parler; discuter, faire une conférence.Avec un compl. || Jaser de qqch. Ellipt. || Jaser philosophie, politique.
2 (1690, Furetière). Faire des commentaires plus ou moins désobligeants et médisants sur qqn ou qqch. 2. Causer, gloser, médire; critiquer. || Jaser de qqch., sur qqch., sur qqn. || Impossible d'accepter dans ces conditions (cit. 2), tout le monde en jaserait.Absolt. || On les voit toujours ensemble : cela fait jaser (→ Intime, cit. 6).
5 On commençait de jaser beaucoup à Paris sur les frasques du ministre des Affaires étrangères.
A. Maurois, Chateaubriand, VIII, V.
B
1 (Mil. XVIe, Ronsard). Émettre des cris ou des sons qui évoquent un babil. Gazouiller. || Hirondelles qui jasent.
6 Oh ! quand donc aurez-vous fini, petits oiseaux,
De jaser au milieu des branches et des eaux (…)
Hugo, les Contemplations, II, IX.
Spécialt. Pousser son cri (geai, perroquet, pie). Jacasser, piailler.Fig. || Jaser comme une pie, une pie borgne (→ Avorton, cit. 4).
2 (Sujet n. de chose). || Un jet d'eau qui jase. → Entretenir, cit. 15.
7 Dans le fond des bosquets où jasent les ruisseaux.
Baudelaire, les Fleurs du mal, CXI.
C V. tr. Rare. Dire en jasant. || « Ce qu'un oiseau chante, un enfant le jase » (Hugo, Quatre-vingt-treize, in T. L. F.).
DÉR. Jasant, jasement, jaserie, jaseur.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • jaser — JASER. v. n. Causer, babiller. Vous jasez bien. vous jasez à vostre aise. il ne fait que jaser. il jase comme une pie borgne. que me venez vous jaser? On dit prov. à un homme, Vous jasez, vous causez bien à vostre aise, vous avez les pieds chauds …   Dictionnaire de l'Académie française

  • JASER — fil. Caleb, ex Azuba prima uxore. 1. Par. c. 2. v. 18 …   Hofmann J. Lexicon universale

  • jaser — Jaser, Fabulari, Nugari, Garrire, Nugas dicere. Ne jase point, Aufer nugas. Tu te jases, mocques, ou gaudis, Facis delicias …   Thresor de la langue françoyse

  • jaser — (ja zé) v. n. 1°   Causer, babiller. •   Les oisillons, las de l entendre, Se mirent à jaser aussi confusément Que faisaient les Troyens quand la pauvre Cassandre Ouvrait la bouche seulement, LA FONT. Fabl. I, 8. •   Caquet bon bec alors de jaser …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • JASER — v. n. Causer, babiller. Vous jasez beaucoup. Elles ont jasé toute la soirée. Il ne fait que jaser. Prov., Vous jasez bien à votre aise, vous avez les pieds chauds. Voyez PIED.  Il signifie familièrement, Dire et révéler quelque chose qu on devait …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • Jaser — In der Bibel wird Jaser als der Hauptort im „Land Jaser“ geschildert, dem weitere Tochter „Städte“ unterstanden haben sollen. Dem biblischen Bericht zufolge lebten dort Amoriter, die von den Israeliten unter Mose vertrieben wurden (Num 21, 31 32) …   Deutsch Wikipedia

  • JASER — v. intr. Se plaire à babiller. Elles ont jasé toute la soirée. Il ne fait que jaser. Il se dit, par extension, des Geais et de quelques autres oiseaux, particulièrement des pies. Cette pie jase tout le jour. Fig., Jaser comme une pie, comme une… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • Jaser — Dialogue  Cet article concerne le dialogue en tant que processus. Pour le genre littéraire, voir Dialogue (genre). Réalisation audiovisuelle …   Wikipédia en Français

  • jaser — v.i. Médire. Parler trop ; dénoncer …   Dictionnaire du Français argotique et populaire

  • jaser — Prier …   Le nouveau dictionnaire complet du jargon de l'argot